Patrice Lumumba

Né le 2 Juillet 1925 à Onalua, dans l’alors Congo Belge, Patrice Emery Lumumba est l’une des figures imminentes qui ont marqué l’histoire de son pays lors de la lutte pour l’indépendance.
Brillant élève des écoles missionnaires qui visent à former des ouvriers, il s’autodidacte dans les manuels d’histoire. Il travaille comme employé pour une société minière dans le Sud-Kivu, puis journaliste à Léopoldville (Kinshasa) et Stanleyville (Kisangani) pour différents journaux. C’est en travaillant pour la société minière qu’il découvre l’importance que joue les richesses minières que regorge son pays.

Il milite pour un Congo Uni, se distinguant des autres leaders indépendantistes qui veulent constitué un Congo fédéral sur bases ethniques et tribales. Il ne plaide par une indépendance immédiate car il est conscient que les frontières du Congo belge se frottent sur celles des autres territoires coloniaux français, anglais et portugais qui tôt ou tard seront cause de conflits entre les futurs pays africains indépendants. Si avant il se définissait un libéral, après l’Exposition universelle de Bruxelles de 1958, à son retour il devient un anticolonial et nationaliste et crée le Mouvement National Congolais (MNC), participe à la conférence Panafricaine d’Accra et commence sa lutte pour l’independence. Lors des éléctions générales de mai 1960, il est élu premier ministre (Kasa-Vubu est élu président).

Le 30 juin 1960, au cours de la cérémonie d'accession à l'indépendance du pays, Lumumba, en réponse au roi Baudoin qui se considère le père de l’indépendance du Congo et qui avait parlé de l’œuvre géniale de Léopold II, prononce un discours virulent dénonçant les abus de la politique coloniale belge depuis 1885. Après l’indépendance la présence des belges reste forte dans l’administration et l’armée mais surtout dans l’industrie minière. Ce qui porte à des troubles dans le pays, en particulier les révoltes des soldats sous les ordres d’officiers belges. La Belgique répond en envoyant des troupes pour “protéger” ses ressortissants surtout au Katanga et favorise la sécession de cette riche province minière par Moïse Tshombé. C’est pendant cette crise, passée à l’histoire, comme la Crise congolaise que apparaîtront pour la première fois les casques bleus de l’ONU. Lumumba est limogé par Kasa-Vubu le 4 septembre 1960 mais lui aussi sera renversé quelques jours plus tard par le coup d’état de Joseph Désiré Mobutu.

Lumumba est arreté le 1er décembre 1960 par les hommes de Mobutu. Le 17 Janvier 1961 il est transféré au Katanga et fusillé le soir même avec deux de ses partisans.